Mémoire des Vins Suisses
Réflexions · 2011

Thomas Mattmann nous manque

Avec le décès inattendu du vigneron de Zizers, la Mémoire des Vins Suisses perd un membre exceptionnellement engagé à qui la prospérité de l’association tenait à cœur.

Thomas Mattmann n’était pas un vigneron natif des Grisons. Il s’y est établi après être arrivé dans le métier par le chemin des écoliers. Né en 1971 dans une famille paysanne à Malters dans le canton de Lucerne, il décide, après un apprentissage de préparateur chimiste, de devenir vigneron. Son hobby devient sa profession car, enfant déjà – comme il l’a dit une fois en riant – « il préférait ranger les bouteilles dans la cave paternelle plutôt que de travailler aux champs » et plus tard, il attrapa le virus du vin.

A la fin de son apprentissage de vigneron et après avoir terminé avec succès ses études d’œnologie, il travaille tout d’abord comme maître de chai chez Gian-Battista von Tscharner au Schloss Reichenau. En 2003, grâce à son fin nez et une capacité de mémoire analytique prononcée, il devient champion suisse de dégustation de vins. En 2005, il est à la tête de la Maison Jakob Hutter nommée aujourd’hui Cicero Weinbau. Thomas Mattmann n’avait pas seulement une excellente formation et un don sensoriel, c’était aussi un marathonien endurant. Il était aussi connu comme communicateur doué avec un certain esprit de conversion indéniable.

Il développa son assortiment avec détermination et gagna ainsi avec une qualité toujours croissante le respect de ses collègues grisons un peu sceptiques au début. Esprit d’innovation, zèle et la chance de moins devoir tenir compte des susceptibilités –­ puisqu’il venait de l’extérieur – lui ont permis de faire une ascension rapide. Il eut beaucoup de succès dans la presse spécialisée, des livres et lors de dégustations. Et il ne cachait pas sa fierté. Lorsqu’il fut appelé à entrer dans la Mémoire des Vins Suisses avec son meilleur Pinot Noir appelé sans fausse modestie « Der Mattmann » cela fut une joie mais aussi un engagement. Il s’est distingué comme un membre autant engagé que critique.

Thomas Mattmann laisse derrière lui un héritage riche et exigeant. Et par bonheur, il est en de bonnes mains : son successeur Marco Casanova a travaillé étroitement avec lui il y a déjà plusieurs années. Il partage sa philosophie puriste du vin et il a abordé le premier millésime sous sa responsabilité avec beaucoup de confiance dans la substance de cet héritage.

<media 651 - download>
</media>

Texte: Martin Kilchmann
Martin Kilchmann est membre
fondateur de la
Mémoire des Vins Suisses.