Mémoire des Vins Suisses
Réflexions · 2010

Et pourtant il existe !

Le Président de Swiss Wine Promotion est connu pour son dicton « Le vin suisse n’existe pas ». Cette sentence peut surprendre venant du président d’une organisation qui a pour but la promotion du vin suisse. Mais ce n’est pas le fond de sa pensée. Ce vigneron valaisan sait naturellement très bien que le vin suisse est une réalité. Mais il n’existe pas dans la tête du consommateur indigène et encore moins dans celle du consommateur étranger. La faute en revient en partie à la promotion du vin suisse. Car le comité composé de représentants des régions a des difficultés avec la propagande nationale pour le vin. Pour ces représentants, le vin suisse est en premier lieu valaisan, vaudois, genevois, tessinois et peut-être encore neuchâtelois et suisse alémanique. Et le malaise est précisément là. L’esprit de clocher fait que les frontières cantonales sont souvent plus fortes que les frontières nationales. Les membres de la Mémoire des Vins Suisses essaient de venir à bout de ces frontières mentales. Ils sont eux aussi enracinés dans leur région, mais les contacts amicaux constants au-delà du « Röstigraben » et du « Risottograben » ont conduit à un élargisse- ment d’horizon. Les vignerons de la Mémoire savent par expérience que l’on fait de bons vins aussi ailleurs. Et que l’union fait la force. Les nombreuses représentations et manifestations très remarquées le prouvent. Car il existe bel et bien le vin suisse !

<media 510 - download>

</media>

Texte: Andreas Keller
Andreas Keller est membre
fondateur de la
Mémoire des Vins Suisses.